Header article Leaseurope Leasing

Leasing automobile : le marché traverse la crise sanitaire

Leaseurope réunit les principaux acteurs de la location et du leasing automobile en Europe. Issus d’une trentaine de pays, ses membres couvrent 91% du marché européen. Richard Knubben, Directeur Général Adjoint pour Leaseurope et Eurofinas, nous apporte son éclairage sur le marché européen du leasing et de la location automobile en cette fin d’année 2020.

Alors que nous tendons vers la fin de 2020, il est désormais temps de tirer un bilan de l’année écoulée. Si le secteur de la location et du leasing automobile a accusé le coup de la crise sanitaire, son état actuel laisse entrevoir des perspectives encourageantes pour 2021.

En 2020, une Europe mais toujours des marchés

Premier constat pour Richard Knubben : s’il y a bien une Europe, il n’y a pas toujours pas un unique marché européen, mais plusieurs, en raison de profondes segmentations et d’importantes différences entre les pays. Les acteurs majeurs qui ont une activité de location ou de leasing à l’échelle européenne sont peu nombreux. Ils doivent s’adapter à chacun des marchés nationaux. Au global, “le leasing associé à un « service complet » progresse, mais le leasing financier classique demeure beaucoup plus répandu et son secteur est très fragmenté” explique Richard Knubben.

En France, la location est un concept bien connu où des loueurs avec « service complet » sont bien établis. Ailleurs, les sociétés de location captives des constructeurs peuvent être performantes. On remarque également des décalages selon les domaines d’emploi. En Pologne, la location progresse en distribution tandis qu’en Allemagne, c’est le transport longue distance qui s’intéresse de plus en plus à la location. D’autre part, les réglementations locales ont une forte influence sur le paysage de la location. Il y a parfois des restrictions nationales qui s’opposent à la location des camions. « Il n’est pas possible de louer un camion de plus de 6 t avec service « tout inclus » en Italie. Il y a également des restrictions comparables en Espagne, en Grèce et au Portugal. »

Leasing automobile : la crise sanitaire provoque des demandes de paiement différé

Ensuite, Richard Knubben analyse l’impact de la crise sur ce marché déjà fragmenté. Avant toute choses, il existe un lien direct entre le besoin de transport par camions et les achats des consommateurs. Pendant le premier confinement, ces derniers ont acheté plus de nourriture dans les supermarchés qu’ils ne l’ont jamais fait. Paradoxalement, les transports de nourriture ont globalement baissé de 15%. Cela s’explique par la fermeture des lieux de restauration hors domicile. Face à la pandémie, l’aide apportée par la Banque Centrale européenne a été harmonisée à l’échelle de l’UE, mais dans le détail, les aides qui parviennent aux entreprises varient selon les pays. Les aides dont les entreprises ont profité sont donc différentes. Il est très difficile d’évaluer si la survie des entreprises de transport est liée au maintien de leur activité ou bien aux aides gouvernementales. Richard Knubben note en conséquence le gain de popularité de certaines solutions de paiement. « Nous avons assisté à une nette hausse des demandes de paiements différés et à une demande significative de contrats pour les utilitaires légers ».

ZFE : vers davantage de véhicules électriques

A l’heure où les ZFE (Zones à Faibles Émissions) se multiplient partout en Europe, les émissions polluantes des utilitaires et des véhicules lourds sont observées de plus en plus attentivement. Il en résulte une forte poussée en faveur de l’électrification. Celle-ci aura des conséquences certaines sur la composition des flottes. Toutefois, pour faire évoluer le parc vers davantage de véhicules électriques, il faut des clients pour ces véhicules.

Pour Richard Knubben, « la dimension politique va devenir beaucoup plus importante, mais chez Leaseurope, nous considérons qu’il n’est pas réaliste d’espérer électrifier les véhicules lourds à court terme pour les employer en transport longue distance et leur faire traverser les Alpes». Pour relever des défis environnementaux toujours plus exigeants, les transporteurs peuvent aussi s’organiser pour faire davantage avec moins de camions et pour utiliser des équipements ayant une meilleure efficacité énergétique .

Location et leasing automobile poursuivront leur conquête du marché

Dernier point d’importance pour la fin de l’année 2020 et le début de 2021 : la tendance est à l’accroissement du nombre de véhicules en leasing dans les flottes. La location est par ailleurs un moyen de gagner en flexibilité pour faire face à des besoins ponctuels. Naturellement, la reprise du marché de la location et du leasing pour les camions dépendra des transports de marchandises, et plus précisément, de la nature de celles-ci car tous les secteurs ne subissent pas la crise de la même manière. Comme le secteur du tourisme, un retour de l’activité à son niveau de 2019 n’est pas attendu avant 2022 au plus tôt. « Il n’y a pas de signe qui laisse supposer que les parts de marché du leasing et de la location cesseront de croître. Dans le monde qui succédera à la crise sanitaire, ces parts seront donc plus importantes qu’auparavant » conclut Richard Knubben.

Partagez cet article
Partagez cet article